Mise en place du projet

Ce sont 84 femmes volontaires, inventives, travailleuses avec un savoir-faire incroyable, âgées de 25 à plus de 65 ans, venant, rappelons-le, de 6 GIE des villages de Simal, Djilor, Yayeme et Fimela, et de tous horizons qui se sont inscrites pour réussir ensemble ce projet. Le groupe est composé de personnes qui maitrisent le français et qui ont fait des études et d'autres qui ont quitté l'école très jeunes. Certaines ne parlent que le sérère et ne savent pas écrire. Aussi la formation se déroulera en langue française et en langue sérère.

 

Mais avant d’arriver à la démarche de responsabilisation et d’acquisition de nouvelles compétences leur permettant de prendre elles-mêmes des décisions, elles vont participer durant l’année 2021, aux cinq modules de formation prévus qui se dérouleront au Centre Xam Xamlé de Fimela, à savoir :

 

Module 1 : Conduite de projets,

Module 2 : Tutorat,

Module 3 : Normes d’hygiène HACCP, audits internes,

Module 4 : Marketing et communication, développement commercial ;

Module 5 : Gestion-comptabilité et Excell informatique, Word, internet

 

Chaque module est dirigé par une équipe de formateurs locaux experts dans leur domaine de compétence et comprend 14 à 19 stagiaires. Programmé sur 93 jours (dont les horaires ont été adaptés au mieux à la situation), c’est une vraie démarche de professionnalisation qui répond à la demande des femmes.

 

On dit que l'appétit vient en mangeant et dans le cadre de ce projet nous pouvons dire que l'appétence des femmes pour la formation est de plus en plus forte. Leur envie est que leurs activités dans les GIE ne soient plus considérées comme un passe-temps de "femmes" qui après avoir géré le tiep (la marmite) et le linge se retrouvent entre elles pour faire quelques confitures ou autres.

 

Elles le disent haut et fort : elles veulent au même titre que les hommes pouvoir être considérées comme des chefs d'entreprises.

 

Conduite de la formation

Module TUTORAT : Cette formation a pour objectif de renforcer les liens entre les six GIE, d’engager une réflexion de fond sur leur organisation et de fixer les possibles changements à opérer pour permettre leur croissance économique.

Rappelons le contexte : certaines fondatrices de GIE se sont habituées à une forme de bénévolat depuis des années. C’est-à-dire à travailler pour ne presque rien gagner car trop souvent leur travail, en dehors de celui du foyer familial, est considéré comme une « occupation».

C’est ainsi qu’au fur et à mesure de l’avancement de cette formation, les liens se renforcer. Plus de concurrence mais une simple envie de travailler et d'avancer ensemble. Le rôle des Tutrices a été important dans l’organisation du partage des nouvelles compétences au sein de chaque GIE. Des outils ont été mis en place permettant d’améliorer l’accueil des nouvelles recrues pour leur donner envie de rester, et de passer le relai à des jeunes femmes qui souhaitent construire un vrai projet professionnel pour vivre dignement du fruit de leur travail. Les stagiaires prennent conscience que le statut d’Entreprise va nécessiter des changements en profondeur.

Il en est ainsi de la place et du statut de la femme au sein même de ces GIE. Comme pour de nombreuses activités féminines dans le monde entier, celles-ci ne sont pas valorisées, ni reconnues.

Module GESTION – COMPTABILITE : 37 jours de formation pour acquérir les outils et les connaissances nécessaires en comptabilité, gestion et logiciel Excell. Le fait de travailler avec des formateurs locaux de Fimela facilite la transmission.

 

Ces formations sont incontournables car il ne s'agit pas de faire les meilleures confitures de mangues si les règles de base pour la gestion d’une entreprise ne sont pas enseignées. Les aspects de la comptabilité ne sont pas simples mais rien n'arrête les stagiaires dans cette envie d'apprendre et d'aller de l'avant. Grand livre de compte, balance, débit, crédit...... à partir d'études de cas concrets, chacune met en pratique ses nouvelles acquisitions et connaissances. Elles ne lâchent rien!!! 

Module OUTIL INFORMATIQUE : Grâce au financement d’AMP, huit ordinateurs ont été achetés et rendent possible le travail en binôme. Découvrir un clavier d’ordinateur, prendre en main la souris, écrire un texte Word, autant de chalenges qui ne font pas reculer les stagiaires. Leur assiduité et leur détermination forcent le respect.

Les outils informatiques tels qu’internet leur font prendre conscience de la force des réseaux sociaux et de l'importance de pouvoir communiquer au-delà des murs de leur GIE.

Les stagiaires ont travaillé sur des études de cas en sous-groupe, chacune ayant nommé sa présidente de séance, sa secrétaire, sa porte-parole et sa traductrice en langue locale. Une manière d'apprendre à s'organiser et à favoriser la communication. Une autre marche franchie vers l'autonomie !!!

 


Module FORMATION A LA CONDUITE DE PROJET/MARKETING, COMMUNICATION, DEVELOPPEMENT COMMERCIAL. 

Le succès de la formation "tutorat" a créé une émulsion. Ce sont surtout celles n’étant jamais allées à l’école qui se sont découvertes une passion pour apprendre. Elles ont compris qu'elles aussi pouvaient évoluer au sein de leur GIE. C'est absolument génial de voir les étoiles dans le regard de ces femmes qui d'un seul coup se sentent "pousser des ailes".

 

Dans le cadre de la formation "professionnalisation des unités de transformation", les stagiaires ont présenté leur premier sujet pour aboutir à la construction d’un projet commun, démarche riche et innovante.

 

Il peut sembler étonnant d’insister autant sur le point de TRAVAILLER ENSEMBLE. Mais il faut savoir qu’avant chaque village « roulait » pour lui. Les conséquences étaient plutôt une concurrence parfois féroce entre GIE et entre villages. Les femmes ne se connaissaient pas toutes entre elles. Mais depuis le début de la formation elles ont appris à dialoguer, à se découvrir. Des liens se sont créés. Aujourd'hui elles prennent peu à peu conscience que leur vraie force, c'est une "coopération" entre tous leurs GIE. Alors il est facile de comprendre les enjeux qu'il y a derrière ce premier projet commun.

 

Un appel a été lancé sur les réseaux sociaux pour répondre au post "comment vider son stock ? Fortes des idées et suggestions reçues, les femmes ont donc monté leur projet commun : « Les paniers gourmands ». Au-delà du fait de vendre des stocks, de faire rentrer la trésorerie, l'enjeu est de la construction d’une coopérative de vente ... un projet construit en tenant compte des outils et acquis de la formation. Ce projet sert aussi d'étude de cas dans le cadre de la formation à la conduite de projet.

 

Participez à l'opération Paniers gourmands solidaires