LE SENEGAL - LA REGION DU SINE-SALOUM

Le Sine Saloum, région naturelle du Sénégal, est situé au nord de la Gambie, au sud de la Petite-Côte. Sa superficie est de 180'000 hectares pour 230'000 habitants.

D’une grande richesse historique et culturelle, il abrite le parc national du delta du Saloum, formé par la confluence des fleuves Sine et Saloum, bras de mer laissant entrer l'eau salée dans les terres. Marigots, forêts, mangroves, lagunes, cordons sableux forment une variété riche de paysages. Paradis des oiseaux, il abrite aussi  une faune importante et rare.

 

Le Siné Saloum est sans contexte l'une des plus belles régions du Sénégal. La traversée de petits villages typiques, vous mènera à la rencontre d’habitants réputés pour leur accueil chaleureux.


EMBLEMES DU SENEGAL

Partez à la découverte des emblèmes qui rattachent tous les Sénégalais à leur pays. Du baobab, emblème de vie, au drapeau flanqué des couleurs vert, jaune et rouge et d’une étoile en son centre, à l’hymne national intitulé le Lion rouge composé par Léopold Sédar Senghor, sans oublier sa devise : un peuple, un but, une foi. 

 

LE DRAPEAU

LE DRAPEAU actuel est le troisième du Sénégal.

 Le premier, né en 1958, était constitué d’une étoile jaune à cinq branches sur fond vert.. En 1959, après la formation de la Fédération du Mali regroupant le Sénégal et le Soudan français, le drapeau vert, jaune et rouge portant un kanaga (un masque Dogon) en son centre est créé. Accédant à son indépendance le 20 août 1960, la nouvelle République conserve son drapeau et remplace le kanaga par une étoile verte à cinq branches.

Les couleurs de cet emblème traduisent  l’unité, la solidarité étroite de toutes les ethnies et confessions religieuses ou philosophiques représentées dans le pays. 

Le vert  : couleur du prophète pour l’Islam, première religion du pays, de l'espérance pour les chrétiens et de la fécondité, de l’espoir pour les animistes. Le jaune ou or symbolise la richesse, fruit du travail pour mener le pays vers l’avenir. Il est aussi la couleur de l’Esprit, des Arts et des Lettres. Le rouge rappelle la couleur du sacrifice et du courage de toute une Nation dans sa lutte contre le sous développement. L’étoile verte avec ses 5 branches appelle à une ouverture sur les cinq continents. Elle est aussi l’espoir de la jeune République du Sénégal. 



LE BAOBAB

Cet arbre millénaire est l'emblème du Sénégal. Il tient une place très importante dans la vie de tous les Sénégalais qui le respecte énormément car c'est l'arbre le plus utile de l'Afrique.

Le baobab est de la famille des bombacacées ou malvaceae. Certains ont plus de 800 ans. D'une hauteur moyenne de 25 à 30 m., son tronc, qui se creuse au fur et à mesure des années, peut atteindre 7 m. de diamètre.

 

Le baobab est le symbole de la paix et de la non-violence.


LES ARMOIRIES

Les armoiries du Sénégal sont représentées par un écusson entouré d’une couronne de lauriers reliée par une étoile rappelant l’adhésion du pays à la foi islamique. Cet écusson est divisé en deux parties égales. Sur la partie rouge à gauche se trouve un lion jaune, symbole de royauté et de pouvoir. A droite, c’est le baobab, autre symbole du Sénégal qui est dessiné sur fond jaune avec une bande verte représentant le fleuve. On peut également lire la devise nationale : Un peuple - un but – une foi.



LA DEVISE NATIONALE

Un Peuple – Un But – Une Foi

Cette devise est partagée avec le Mali. Elle traduit les valeurs communes à tout le peuple sénégalais pour la construction nationale.

Son unité : le peuple

La construction nationale : le but

Sa bonne volonté : sa foi

Le principe fondamental de la République est :

 

Gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.


L'HYMNE NATIONAL

Adopté en 1960 et intitulé Le Lion Rouge, les paroles ont été écrites par Léopold Sédar Senghor (premier président de l’indépendance du pays) sur une musique de l'ethnomusicologue français Herbert Pepper (également compositeur de la musique de l’hymne national centrafricain La Renaissance).

 

Cet hymne évoque la joie née de l’indépendance, celui de l’union nationale, de l’enracinement dans les valeurs, de l’ouverture aux autres et à la modernité. Il rappelle aussi la gloire passée pour servir un idéal de générosité, de paix, de travail, de dialogue, d’unité et de fraternités africaines. La fête nationale du Sénégal (fête de l’Indépendance) est le 4 avril.



POETE 

Les Souffles

Birago Diop 1906-1989 - Les Contes d'Amadou Koumba

Ecoute plus souvent 

Les Choses que les Etres 

La Voix du Feu s’entend, 

Entends la Voix de l’Eau. 

Ecoute dans le Vent Le Buisson en sanglots : 

C’est le Souffle des ancêtres.

 

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :

Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaire

Et dans l’ombre qui s’épaissit.

Les Morts ne sont pas sous la Terre :

Ils sont dans l’Arbre qui frémit,

Ils sont dans le Bois qui gémit,

Ils sont dans l’Eau qui coule,

Ils sont dans l’Eau qui dort,

Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule :

Les Morts ne sont pas morts.

 

Ecoute plus souvent

Les Choses que les Etres

La Voix du Feu s’entend,

Entends la Voix de l’Eau.

Ecoute dans le Vent

Le Buisson en sanglots :

C’est le Souffle des Ancêtres morts,

Qui ne sont pas partis

Qui ne sont pas sous la Terre

Qui ne sont pas morts.

 

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :

Ils sont dans le Sein de la Femme,

Ils sont dans l’Enfant qui vagit

Et dans le Tison qui s’enflamme.

Les Morts ne sont pas sous la Terre :

Ils sont dans le Feu qui s’éteint,

Ils sont dans les Herbes qui pleurent,

Ils sont dans le Rocher qui geint,

Ils sont dans la Forêt, ils sont dans la Demeure,

Les Morts ne sont pas morts.


 

 

 

 

Ecoute plus souvent

Les Choses que les Etres

La Voix du Feu s’entend,

Entends la Voix de l’Eau.

Ecoute dans le Vent

Le Buisson en sanglots,

C’est le Souffle des Ancêtres.

 

Il redit chaque jour le Pacte,

Le grand Pacte qui lie,

Qui lie à la Loi notre Sort,

Aux Actes des Souffles plus forts

Le Sort de nos Morts qui ne sont pas morts,

Le lourd Pacte qui nous lie à la Vie.

La lourde Loi qui nous lie aux Actes

Des Souffles qui se meurent

Dans le lit et sur les rives du Fleuve,

Des Souffles qui se meuvent

Dans le Rocher qui geint et dans l’Herbe qui pleure.

Des Souffles qui demeurent

Dans l’Ombre qui s’éclaire et s’épaissit,

Dans l’Arbre qui frémit, dans le Bois qui gémit

Et dans l’Eau qui coule et dans l’Eau qui dort,

Des Souffles plus forts qui ont pris

Le Souffle des Morts qui ne sont pas morts,

Des Morts qui ne sont pas partis,

Des Morts qui ne sont plus sous la Terre.

 

Ecoute plus souvent

Les Choses que les Etres

La Voix du Feu s’entend,

Entends la Voix de l’Eau.

Ecoute dans le Vent

Le Buisson en sanglots,
C’est le Souffle des Ancêtres.

Le Buisson en sanglots,

 

C’est le Souffle des Ancêtres.